Pierrefonds-les-Ruines
Vie d'une place forte
Demeure de puissants seigneurs, les Nivelons, Pierrefonds est le centre d'une immense châtellenie dont le droit et l'autorité s'étendaient des faubourgs de Soissons au Bourget. Le premier château de Pierrefonds était construit sur la colline du Rocher, près de l'église Saint Sulpice .

Le dernier Nivelon, Nivelon III, meurt au XIIe siècle sans descendance. Pierrefonds est alors rachetée par Philippe-Auguste, en 1185, et rattachée à la couronne. En 1392, Charles VI donne le château avec tout le Valois à son frère Louis, duc d'Orléans.

Louis d'Orléans fait élever en 1393, sur le site de l'actuel château, un logis fortifié limité au donjon auquel étaient accolées des tours de défense carrées. Son choix pour Pierrefonds s'explique par la proximité de Paris, la présence de la forêt de Compiègne qui constitue une protection naturelle en associant les plaisirs de la chasse, et la sécurité du site en lui-même qui est isolé sur trois côtés par des escarpements naturels. Le vieux manoir du Rocher, est alors cédé aux religieux de Saint Sulpice qui en occupaient déjà une grande partie, et sera converti en ferme.

En 1396, le duc d'Orléans décide de faire du Valois un vaste réseau militaire à cause de sa proximité de Paris, et transforme Pierrefonds en puissante forteresse. En effet, la folie qui a frappé Charles VI trois ans plus tôt, plonge le royaume dans une période de rivalité entre le duc d'Orléans et le duc de Bourgogne pour l'exercice du pouvoir. L'inauguration du nouveau château aura lieu en 1406, à l'occasion du mariage du second fils du Roi Charles VI, et de celui du fils aîné du duc d'Orléans, Charles, âgé de quinze ans.

Après l'assassinat de Louis d'Orléans en 1407, qui déclenchera la guerre civile et coupera la France en deux, le comte de Saint-Pol poursuit le parti orléanais jusque dans le Valois. Il aurait soutenu un ou deux sièges de Pierrefonds, toujours est-il que la place tombe aux mains des bourguignons en 1411. Mais en 1412, le duc d'Orléans, Charles, après sa paix avec le roi, rentre en possession de ses biens. Toutefois, Pierrefonds ne lui sera rendu par le comte de Saint-Pol qu'en 1413, celui-ci ayant pris soin d'en incendier les combles et les couvertures.

En 1415, le désastre d'Azincourt livre la France aux anglais, et Charles d'Orléans commence à Londres une longue captivité qui durera vingt-cinq ans. Le capitaine de Pierrefonds, Nicolas Bosquiaux, résiste jusqu'en 1420, mais la rigueur de l'hiver et la disette qui sévit, l'oblige à capituler face aux partisans de l'Angleterre. Cette place reste une base bourguignonne jusqu'aux environs de 1436, où elle est alors commandée par un armagnac.

A son retour de captivité Charles d'Orléans fit réparer le château, et le calme revint sur Pierrefonds. Après son accession au trône, Louis XII donne en apanage le duché de Valois à son cousin François. A partir de 1515, le duché de Valois reste réuni à la couronne jusqu'au règne de Louis XIII.

Ce n'est qu'en 1589 que la Ligue s'empare du château, et le confit au capitaine Rieux qui repoussera en 1591 deux tentatives de l'armée royale. L'abjuration d'Henri IV, en juillet 1593, lui ralliera progressivement les ligueurs. En 1594, Rieux sera capturé et pendu, et d'Arcy, nouveau commandant de la place entreprendra des négociations pour rendre Pierrefonds. Mais, Antoine de Saint-Chamand, un autre ligueur, grâce à des complicités dans la place, prendra le château, qui sera livré, moyennant rançon, à la fin de l'année. C'est Antoine d'Estrées qui récupère le château, et y installe une garnison pour le service du roi. Le 10 août 1595, Henri de Saveulx (ou Saveux) prend le château pour le compte de Philippe II d'Espagne. Le château est alors occupé par sept à huit cents napolitains et wallons expédiés par les Pays-Bas espagnols. Mais, après avoir résisté à plusieurs attaques royalistes, Saveulx est fait prisonnier, et les napolitains vendent le château à Antoine d'Estrées, marquis de Coeuvres.

En 1617, une partie de la noblesse, derrière le prince de Condé, forme le "parti des mécontents", François-Annibal d'Estrées, fils d'Antoine d'Estrées, et propriétaire de Pierrefonds y adhère. Envoyé par Richelieu, alors secrétaire d'Etat à la guerre, pour prendre Soissons qui est aux mains des "mécontents", le comte d'Auvergne se présente le 24 mars 1617 devant Pierrefonds. Le siège dure six jours, les assaillants, analysant les précédents sièges, se placent sur le plateau au Sud du château. Les bombardements créent une faille en un point faible près de la porte, et permettent aux troupes royalistes d'entrer dans la forteresse. Le 16 mai, Louis XIII ordonne le démantèlement du château. Mais la démolition de la forteresse présente de telles difficultés qu'on ne peut la mener à sa fin. On se bornera à raser les ouvrages extérieurs, à enlever les toitures, et à pratiquer de hautes saignées dans les tours et les courtines.
Haut de la page